« Etre coach implique de respecter un code de déontologie »

J’ai pour ma part décidé d’adhérer à l’EMCC (European Mentoring and Coaching Council).  Tout au long de leur adhésion, les membres acceptent de se conformer aux dispositions et principes d’un code de déontologie. Son contenu s’inscrit dans la droite ligne des exigences définies par la Charte professionnelle du coaching et du mentorat, élaborée conformément à la législation européenne et répertoriée dans la base de données de l’Union européenne consacrée aux initiatives d’autorégulation en Europe.Ce code de déontologie définit les attentes générales de nos organisations en matière de conduite et de comportement professionnel.Si la conduite d’un de nos membres n’est pas conforme à ces exigences lors du travail avec ses clients, le présent code de déontologie sera le texte de référence pour traiter tout recours ou entreprendre toute action disciplinaire, dans les conditions prévues par les procédures de nos organisations respectives. Voilà pourquoi j’ai décidé de l’annexer à chaque contrat de coaching effectué.

 

Voici le résumé de ce qu’implique un bon comportement professionnel.

– Avant le début de la relation de travail, le Coach doit expliciter clairement son engagement à respecter un code de déontologie. Avant le début de la relation de travail, le Coach doit expliquer précisément et vérifier la bonne compréhension par le client de la nature et des termes du contrat de coaching, y compris des dispositions financières, logistiques et de confidentialité qu’il contient. Il s’assure que la durée du contrat permet d’atteindre les objectifs du client et du commanditaire, et il veille en permanence à éviter toute dépendance du client.

– Le Coach communique à tout client ou commanditaire les informations véridiques sur ses qualifications professionnelles, son expérience, sa formation, ses certifications et accréditations.

– Pendant la relation de travail, le Coach garantit le plus strict degré de confidentialité avec tous les clients et commanditaires, Si le client est un enfant ou un adulte vulnérable, les membres prennent les dispositions utiles avec le commanditaire ou le tuteur pour assurer un degré de confidentialité conforme à l’intérêt de cette personne, et dans le respect des lois en vigueur.

– Il est de la responsabilité du Coach de définir et de maintenir des limites claires, appropriées et culturellement admissibles en ce qui concerne les interactions avec les clients et commanditaires. Il s’interdit d’exploiter ses clients, financièrement ou d’une autre façon, et de tirer de quelconques avantages indus de leurs relations.

Pour éviter tout conflit d’intérêts, le coach établit une distinction claire entre leurs relations de coaching et toute autre forme de relations, qu’elles soient amicales ou professionnelles.Les membres sont conscients du risque de conflit d’intérêts de nature commerciale ou affective pouvant découler de la relation de travail et s’engagent à régler ces situations de façon rapide et efficace afin qu’elles ne portent aucun préjudice au client, au commanditaire ou aux membres eux-mêmes.

– Le Coach respecte le droit du client de mettre fin à la relation à tout moment du processus, dans les conditions prévue au contrat de coaching.

– Il est attendu d’un Coach qu’il adopte un comportement reflétant positivement et renforçant la réputation de la profession de Coach.Il  s’interdit toute forme de discrimination, pour quelque motif que ce soit, et s’attachent en permanence à renforcer sa propre sensibilité face à de potentiels motifs de discrimination. Les membres sont conscients de la possible existence de biais inconscients et veillent à adopter une approche respectueuse et inclusive qui reconnaît et tient compte des spécificités de chacun.

– Le Coach est conscient que toute infraction répétée peut entraîner une sanction, voire la résiliation de leur accréditation et/ou la radiation de leur organisation. Les organisations échangent des informations sur le type d’infraction en cause afin de préserver les intérêts des clients, de maintenir des standards de qualité élevé, ainsi que la réputation de la profession de Coach.

– Le Coach est tenu de se conformer aux obligations réglementaires et légales en vigueur dans le pays où ils exercent, ainsi qu’aux politiques/procédures définies par les organisations et applicables à leurs activités de coaching. En fonction des règles en vigueur dans le pays où il exerce, le Coach souscrit une assurance responsabilité civile professionnelle couvrant ses activités de coaching.

– Le Coach doit posséder les qualifications, compétences et expérience nécessaires pour répondre aux besoins des clients et s’engage à ne pas excéder ses limites de compétences. Le cas échéant, il doit orienter son client vers des confrères coach, mentor ou autres professionnels plus expérimentés ou aux qualifications mieux adaptées.

– Afin de renforcer son apprentissage et son développement professionnel, le Coach mène une réflexion régulière sur sa pratique. Il  entretient une relation avec un superviseur qualifié ou un groupe de pairs, à une fréquence adaptée à leur pratique du coaching  et conforme aux exigences de son organisation professionnelle et à son niveau d’accréditation.

– Les membres élargissent leurs compétences de Coach en suivant des formations et/ou actions de développement professionnel continu (DPC) adaptées à leur situation.

-Le Coach évalue systématiquement la qualité de sa pratique, par exemple au travers du feedback de ses clients et d’autres interlocuteurs pertinents.

Respecter cette éthique professionnelle est la garantie d’apporter un accompagnement de qualité.

Laurent Logiou, Coach Professionnel Consultant.

2018-10-13T11:33:51+00:00